jeudi 26 décembre 2019

Contacts cosmiques : Jusqu'où peut-on penser trop loin ?

Notre Terre vit-elle sous le contrôle d'intelligences venues d'ailleurs ?
Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au CNRS, développe depuis 1975 des éléments d'une science "venue d'ailleurs", d'une fécondité et d'une qualité extraordinaires, dispensés par des inconnus qui prétendent être des extraterrestres vivant parmi nous ! Plaisanterie ? Ce serait le cas si les travaux de Jean-Pierre Petit, fondés sur ces informations révolutionnaires, n'avaient été validés par de multiples publications scientifiques au plus haut niveau, avec comités de lecture.

Extraordinaire : ces informations "venues d'ailleurs", extrêmement précises, ont permis la mise au point d'un nouveau modèle cosmologique : Janus, qui étend celui initié par Albert Einstein et coïncide avec toutes les observations astronomiques disponibles ! Retombée de ce modèle : entre deux points distants, il existe deux chemins.

Une nef, inversant sa masse, peut ainsi cheminer sur une distance cent fois plus courte dans un cadre où la vitesse de la lumière est dix fois plus grande. D'où une réduction du temps de voyage d'un facteur mille ! Les voyages interstellaires deviennent ainsi envisageables, selon des techniques qui pourraient être à notre portée dans un délai se chiffrant en quelques vies humaines. Pourquoi des extraterrestres donneraient-ils un tel coup de pouce à notre science en crise ?

Pour qu'enfin les Terriens réalisent qu'ils ne sont pas le centre du cosmos... ni surtout les seuls êtres "intelligents" de l'Univers... Notre Terre vit-elle sous le contrôle d'intelligences venues d'ailleurs ? Grâce à ce livre, vous comprendrez que les preuves scientifiques ne trompent pas. Oui, des extraterrestres sont bien parmi nous !  < En lire plus

Les Ovnis et le nucléaire - Le choc d'une réalité ignorée

Ce livre apporte une réponse claire autant qu'inattendue à tous ceux qui s'interrogent sur la pertinence de la technologie nucléaire et sur le sens des manifestations d'Ovnis.
Les hommes ont fini par oublier qu'ils vivent en permanence sur un arsenal nucléaire capable de détruire plusieurs fois la Terre entière ! D'autre part, la réalité du phénomène OVNI signifie que des intelligences non-humaines cherchent à interpeller les hommes. Or, les statistiques montrent que c'est le plus souvent autour des installations nucléaires que les OVNIs se manifestent, intervenant parfois de manière directe, par exemple en désactivant des missiles nucléaires dans leurs silos de stockage.

Mais qui le sait ? La catastrophe nucléaire survenue en 1986 à Tchernobyl représente la plus grande tragédie industrielle de tous les temps. Or, là aussi, des OVNIs se sont manifestés au-dessus du réacteur endommagé dès que les ingénieurs en ont perdu le contrôle. Ils sont intervenus pour éviter une explosion nucléaire qui aurait dévasté tout le continent.

Ce livre apporte une preuve inédite de cette réalité qui confirme complètement les observations d'OVNIs rapportées à l'époque par des témoins visuels. La question cruciale est alors de comprendre quelle est la nature de ces intelligences non-humaines qui interviennent dans les affaires des hommes.   < En lire plus

mercredi 25 décembre 2019

Pourquoi des extraterrestres donneraient-ils un tel coup de pouce à notre science en crise ?


Contacts cosmiques : Jusqu'où peut-on penser trop loin ?

Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au CNRS, développe depuis 1975 des éléments d'une science "venue d'ailleurs", d'une fécondité et d'une qualité extraordinaires, dispensés par des inconnus qui prétendent être des extraterrestres vivant parmi nous ! Plaisanterie ? Ce serait le cas si les travaux de Jean-Pierre Petit, fondés sur ces informations révolutionnaires, n'avaient été validés par de multiples publications scientifiques au plus haut niveau, avec comités de lecture.

Extraordinaire : ces informations "venues d'ailleurs", extrêmement précises, ont permis la mise au point d'un nouveau modèle cosmologique : Janus, qui étend celui initié par Albert Einstein et coïncide avec toutes les observations astronomiques disponibles ! Retombée de ce modèle : entre deux points distants, il existe deux chemins. Une nef, inversant sa masse, peut ainsi cheminer sur une distance cent fois plus courte dans un cadre où la vitesse de la lumière est dix fois plus grande.

D'où une réduction du temps de voyage d'un facteur mille ! Les voyages interstellaires deviennent ainsi envisageables, selon des techniques qui pourraient être à notre portée dans un délai se chiffrant en quelques vies humaines. Pourquoi des extraterrestres donneraient-ils un tel coup de pouce à notre science en crise ? Pour qu'enfin les Terriens réalisent qu'ils ne sont pas le centre du cosmos...

Ni surtout les seuls êtres "intelligents" de l'Univers... Notre Terre vit-elle sous le contrôle d'intelligences venues d'ailleurs ? Grâce à ce livre, vous comprendrez que les preuves scientifiques ne trompent pas. Oui, des extraterrestres sont bien parmi nous !  < En lire plus

Programmes spatiaux secrets et Alliances extraterrestres


Le raid aérien survenu au-dessus de Los Angeles les 24 et 25 février 1942 a inauguré un nouveau chapitre dans l'histoire de la marine de guerre américaine. 

L'incident suscita la création d'un programme de recherche secret destiné à étudier la faisabilité de la propulsion antigravitationnelle. Parallèlement, des agents secrets furent postés dans l'Europe occupée afin d'espionner les programmes allemands de construction d'engins volants, et ces espions découvrirent que les nazis recevaient l'aide de deux groupes extraterrestres aux objectifs différents.

Les séances de compte rendu de ces agents secrets avaient lieu à la base aéronavale de San Diego, dirigée par le contre amiral Rico Botta, qui confia à un « diffuseur d'informations en recherche aéronautique », William Tompkins, la mission d'aller porter des colis d'informations confidentielles à certains groupes de réflexion, certaines compagnies et certains départements universitaires des États-Unis.

Plus tard, Tompkins fut engagé par d'importantes compagnies aérospatiales, où il conçut d'énormes vaisseaux spatiaux pour un programme secret de la marine avec l'aide providentielle de visiteurs extraterrestres appelés les «Nordiques ». Un grand nombre de documents corroborent les affirmations de Tompkins sur l'existence d'un programme secret de la marine créé pour concevoir et construire des groupes de combat spatiaux, lesquels sont devenus opérationnels dans les années 1980.

La marine cherche maintenant à équilibrer les règles du jeu, et l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis est peut-être l'élément imprévisible dont elle avait besoin pour tout révéler au public !  < En lire plus

Le complot de la Réserve Fédérale

Le fameux "problème" des banques centrales exposé à travers son exemple américain.
Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la croyance erronée que ce sont les États qui disposent librement de leur monnaie. Antony Sutton nous détaille ici avec son louable souci du détail, dans une des enquêtes impeccables dont il a le secret, comment une poignée de banquiers internationaux s'est assuré une mainmise définitive sur la gestion du dollar US. On y apprend au passage que Karl Marx, n'était peut-être pas le "philosophe" inspiré dont on a, d'un certain bord, tant chanté les louanges. Un petit livre qui vous fera voir l'argent sous un autre angle !  < En lire plus

Le pouvoir secret américain: l'Ordre de Skull & Bones

Pourquoi Wall Street a soutenu les marxistes et les nazis ?
Tout commença avec un document secret confié au professeur Sutton, dévoilant la liste des noms d'un très petit groupe d'individus composé des plus hautes élites de notre monde, et appartenant à la société la plus occulte et la plus influente de ces derniers siècles : l'Ordre de Skul & Bones. Conscient que ce document ne lui a pas été remis par hasard, le professeur s'attela alors durant plusieurs années à rédiger l'enquête la plus approfondie sur cette confrérie mystérieuse.

Un ordre assez puissant pour manipuler tous les gouvernements afin de réaliser ses propres desseins. Chaque chapitre s’appuyant sur le précédent dans une continuité logique, cet ouvrage est le fruit d'un travail sérieux, minutieux et incroyablement bien documenté. Pourquoi l’Occident a engendré l’URSS et Hitler ? Pourquoi nous courons à la guerre, à notre plus grand dam ?

Pourquoi Wall Street a soutenu les marxistes et les nazis ? Pourquoi les enfants ne savent plus lire correctement ? Pourquoi les églises, temples et synagogues ne sont plus que des havres de propagande ? Pourquoi les vérités historiques sont falsifiées ? Pourquoi les politiciens mentent ? Pourquoi vivons-nous dans une société ''nivelée par le bas'' ?

Ce livre, que le professeur Sutton considérait comme son chef-d’œuvre, nous démontre que notre monde est menacé par la philosophie obscure de cet ordre, et qu'il est entièrement sous son contrôle.  < En lire plus

mardi 24 décembre 2019

L'Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique

Sommes-nous les premiers à distinguer dans les lumières éblouissantes du progrès technique, l'ombre de ses dangers ?
En occultant la réflexivité environnementale des sociétés passées, ce schéma simpliste dépolitise l'histoire longue de la destruction des environnements et nous empêche de comprendre les ressorts de la crise contemporaine. Pour éviter cette amnésie, une histoire politique du risque technologique et de sa régulation sur la longue durée était nécessaire.

L'Apocalypse joyeuse expose l'entrée de la France et de la Grande-Bretagne dans la modernité industrielle (fin XVIIIe-XIXe siècle) : celle des vaccins, des machines, des usines chimiques et des locomotives. Elle nous plonge au cœur des controverses vives qui surgirent autour des risques et des nuisances de ces innovations, et montre comment les critiques et les contestations furent réduites ou surmontées pour qu'advienne la société industrielle.

L'histoire du risque ici racontée n'est pas celle d'une prise de conscience, mais celle de la construction d'une certaine inconscience modernisatrice. < En lire plus

La guerre des métaux rares: La face cachée de la transition énergétique et numérique

Révolution numérique, transition énergétique, mutation écologique, etc…

D’aucuns journalistes, politiques, chercheurs et prospectivistes, nous parlent d’un nouveau monde enfin affranchi des matières fossiles, des pollutions, des pénuries, des tensions politiques et militaires … Et bien cet ouvrage formidablement documenté, fruit de six ans d’enquête, nous montre qu’il n’en est rien ! En nous émancipant des énergies fossiles, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance: celle des métaux rares.

Ils sont devenus indispensables au développement de la nouvelle société écologique (éoliennes, panneaux solaires, etc.) et numérique (ils se nichent dans nos smartphones, nos ordinateurs, tablettes et autre objets connectés de notre quotidien). Or, les coûts environnementaux, économiques, politiques de cette dépendance seront pires encore que ceux de notre société industrielle actuelle. < En lire plus

Le CO2 est bon pour la planète: Climat, la grande manipulation

Novembre 2018. Aussi soudaine qu'inédite, la révolte des Gilets jaunes secoue la France. La raison de la colère ? La hausse incessante du prix des carburants.
Au nom de la lutte contre les émissions excessives de CO et d'une hypothétique transition écologique, le gouvernement d'Emmanuel Macron, suivant les recommandations des Nations Unies et du GIEC, persiste à faire du gaz carbonique la cause du réchauffement planétaire pouvant justifier n'importe quel durcissement de la fiscalité.

L'ouvrage de Christian Gerondeau montre pourtant que nos émissions nationales ne pèsent rien en regard de la masse de CO présente dans l'atmosphère. Et si tous les pays développés supprimaient entièrement leurs émissions d'ici le milieu du siècle, l'impact sur la concentration de CO dans l'atmosphère ne dépasserait pas 2 à 3 %.

Les Gilets jaunes avaient donc raison : la transition écologique ne peut être qu'un prétexte tant ses fondements ne résistent pas à l'examen. Peut-on dès lors considérer les besoins croissants de l'humanité en pétrole, gaz, et charbon, comme une catastrophe pour le climat ? Les derniers relevés des satellites ne vont pas dans ce sens.

Certes, en 2015 et au début de 2016, une hausse des températures a entraîné des records, mais elle a peu duré. Les relevés officiels que reproduit ce livre sont unanimes : les choses sont revenues à la normale au milieu de 2016. Par ailleurs, de nombreux scientifiques de premier plan, en France et ailleurs, vont jusqu'à affirmer qu'il n'y a non seulement pas lieu de craindre les émissions de CO mais qu'il faut au contraire s'en réjouir ! Il est donc temps d'oser la question taboue : le CO, catastrophe ou bienfait ?  < En lire plus

L'urgence climatique est un leurre

La terre se réchauffe dangereusement et si nous ne faisons rien, demain verra la fin du monde.
Une peur bien utile, véritable instrument de pouvoir fondé sur la manipulation des émotions au détriment de la raison. Faut-il en effet rappeler quelques-unes des prophéties émises en 1970 par les premières assises écologistes du " jour de la Terre ", pour l'horizon de l'an 2000 : plus une goutte de pétrole, généralisation des famines sur tout le globe et réduction de l'espérance de vie à 49 ans aux Etats-Unis...

Sans oublier le cri d'alarme lancé en 2008 par Al Gore, prix Nobel de la Paix 2007 et ancien vice-président américain, qui annonçait la disparition totale de la calotte glacière estivale au pôle nord en 2013... Pour François Gervais, s'il y a une urgence, c'est celle de retrouver nos esprits... scientifiques. Car, contrairement à ce que disent les responsables du GIEC, il est absolument faux d'affirmer qu'il existe un " consensus " des chercheurs autour des questions climatiques.

Ce livre le prouve en détails. Le catastrophisme des modèles virtuels actuels, source de politiques énergétiques dispendieuses dont certaines n'ont de durable que l'affichage, est en revanche une vraie catastrophe annoncée.  < En lire plus

Eoliennes : la face noire de la transition écologique

Elles sont partout, incarnant le symbole de la transition écologique : sur les sites internet institutionnels, dans les livres scolaires, les publicités, les films, les médias
Les éoliennes ont envahi les campagnes et les littoraux et sont devenues dans le monde entier, par une propagande systématique, le symbole de l'écologie et de la lutte pour le climat.
Et pourtant, derrière cette image verte... Pollution, émissions de CO2, atteintes à la santé et à la biodiversité, détournement de fonds publics, augmentation du prix de l'électricité, conflits d'intérêt, mafia : découvrez ce que le lobby du vent vous cache sur les éoliennes.  < En lire plus

La guerre des monnaies : La Chine et le nouvel ordre mondial

Voici enfin disponible en français le célèbre livre qui a fait bouger les lignes économiques officielles de l'Empire du Milieu.
Vendu à plus de 2 millions d exemplaires en Chine, traduit en japonais, en coréen et en polonais, le best-seller chinois de Hongbing Song, « Currency Wars », déroule l'histoire de la grande cabale monétaire qui a façonné le monde depuis plus de deux cents ans, de la constitution de la dynastie des Rothschild à la fin du 18e siècle jusqu'à la crise de 2008.

Livre de chevet des membres du Comité Central du Parti Communiste et des banquiers chinois, La Guerre des Monnaies a fait comprendre aux dirigeants de la future première économie mondiale qu'une guerre redoutable livrée dans les coulisses du pouvoir, suivant un axe Londres/Wall Street, tentait d'établir coûte que coûte un nouvel ordre mondial au profit d une oligarchie financière sans foi ni loi. En mars 2013, la Chine s'annonçait prête à riposter en cas de... guerre des monnaies !  < En lire plus

Confessions d'un assassin économique

Nouvelles révélations d'initiés sur la manipulation des économies du monde
Cette nouvelle édition du best-seller de John Perkins, augmentée de 15 nouveaux chapitres, met à jour l'histoire des assassins économiques qui sont désormais à l'œuvre aussi aux États-Unis et en Europe. Ces nouveaux chapitres occupent plus de 100 pages où sont identifiées les assassins économiques d'aujourd'hui et où l'on trouve une chronologie détaillée de leurs activités.

L'ex-assassin économique John Perkins fournit de nouveaux détails sur la façon dont lui-même et d'autres agents spéciaux ont escroqué des trillions de dollars à plusieurs pays du monde. Il révèle comment le cancer mortel de l'assassinat économique s'est répandu encore davantage pour devenir le système financier, gouvernemental et sociétal dominant.

Cette édition comporte une section entièrement nouvelle où l'on découvre que tous les moyens utilisés - fausse économie, fausses promesses, menaces, pots-de-vin, extorsion, dette, supercheries, coups d'État, assassinats, pouvoir militaire illimité - le sont encore plus aujourd'hui que pendant l'époque couverte par Perkins il y a plus d'une décennie.

Il est question des Seychelles, du Honduras, de l'Équateur, de la Libye, de la Turquie, de l'Europe de l'Ouest, du Viêtnam, de la Chine et, étonnamment, des États-Unis, où les nouveaux assassins économiques - des banquiers, des lobbyistes, des dirigeants d'entreprises - « trompent les citoyens et manipulent les représentants gouvernementaux en les amenant à se soumettre à des politiques qui enrichissent les riches et appauvrissent les pauvres ».  < En lire plus

Complot mondial contre la santé

Comment l'énorme comédie des normes alimentaires a-t-elle transformé notre nourriture en poison ?
On a retenu les sommes colossales dépensées pour sauver le système bancaire. Elles sont dérisoires à côté du pactole que se partagent les 4 grands cartels mondiaux : chimie, biotechnologie, agro-alimentaire et médico-pharmaceutique. Les consortiums de l'agro-alimentaire ont réussi à faire disparaître toute l'agriculture vivrière, tout l'artisanat des métiers de bouches, toutes les particularités gastronomiques régionales, tout ce que les consommateurs pouvaient mettre dans leurs assiettes sans passer à leur caisse, avec la complicité des cartels de la distribution.

Comment l'énorme comédie des normes alimentaires a-t-elle transformé notre nourriture en poison ? À qui sert réellement le codex Alimentarius ? Et pour qui tourne réellement l'OMC ? Depuis des décennies les grands groupes pharmaceutiques sont les financiers des plus grandes écoles et des formations de médecins, ils occupent en sous-mains les commissions sanitaires des pays et des instances internationales, ils sont partout, mais on ne les voit nulle part, comment opèrent-ils ?

Comment étouffent ils les scandales sanitaires ? De la naissance à la mort, chaque individu est une mine d'or pour eux, les pandémies des périodes fastueuses ! Et la « vraie-fausse » pandémie de grippe A en est un exemple de plus. Pour comprendre les interconnections de ces systèmes mafieux il fallait dresser leurs portraits et pratiques dans un même ouvrage.

C'est désormais chose faite : après des mois d'enquête, Claire Séverac nous démontre, dans ce réquisitoire implacable, pourquoi et comment notre santé est en danger.  < En lire plus

La marche irrésistible du nouvel ordre mondial: L'échec de la tour de Babel n'est pas fatal


L'objectif des élites mondiales n'est pas de permettre l'émancipation des hommes par la liberté des peuples mais la destruction des peuples

L'accumulation d'images et d'informations qui submerge les esprits, enferme ce qui reste des sociétés contemporaines dans un perpétuel présent sans mémoire - et donc sans avenir lisible, par conséquent sans exercice possible de la liberté. L'objectif des élites mondiales n'est pas de permettre l'émancipation des hommes par la liberté des peuples mais la destruction des peuples pour construire une humanité interchangeable et nomade, docile, disponible pour rentrer dans l'esclavage d'une gouvernante mondiale.

Cette gouvernante mondiale est le dernier débris qui surnage du chaos tragique du XXe siècle. La nouvelle édition de ce livre qui a déjà six ans a le mérite rare et irremplaçable de donner à ceux qui ne se sont pas encore résignés à être "gouvernés", une grille de lecture et d'analyse d'événements dont la succession accélérée brouille volontairement la lisibilité.

La mise en perspective de documents incontestables permet de voir dans l'enchaînement de "révolutions", "printemps", "libérations", "unifications continentales" la poursuite méthodique d'ambitions planétaires annoncées. Dans la présentation de la première édition de ce livre, l'auteur notait que "cette "construction babélique" passerait délibérément par des étapes bouleversant les structures politico-économiques des sociétés, bouleversements qui ne seraient pas sans conséquences, notamment militaires.

Dans ces événements, la vie humaine comptera peu..." Cette nouvelle édition mise à jour et complétée confirme la pertinence de cette analyse lucide.  < En lire plus

La super-classe mondiale contre les peuples

Depuis la chute de l'URSS le pouvoir économique et financier s'affranchit du cadre national et veut gouverner à la place des Etats.
En Occident on ne vit plus en démocratie mais en post-démocratie : les gouvernements ne gouvernent plus mais obéissent aux marchés et aux banques, les puissances d'argent dirigent les médias et les peuples perdent leur souveraineté et leurs libertés. Pourquoi ? Parce que depuis la chute de l'URSS le pouvoir économique et financier s'affranchit du cadre national et veut gouverner à la place des Etats.

Parce que la fin du communisme nous a libérés de la Guerre froide, et lui a succédé la prétention obstinée du messianisme anglo-saxon à imposer partout sa conception du monde, y compris par la force. Ce double mouvement s'incarne dans une nouvelle classe qui règne partout en Occident à la place des gouvernements : la superclasse mondiale.

Une classe dont l'épicentre se trouve aux Etats-Unis mais qui se ramifie dans tous les pays occidentaux et notamment en Europe. Une classe qui défend les intérêts des super riches et des grandes firmes mondialisées, sous couvert de son idéologie : le libéralisme libertaire et cosmopolite. Une classe qui veut aussi imposer son projet : la mise en place d'un utopique gouvernement mondial, c'est-à-dire la mise en servitude de toute l'humanité et la marchandisation du monde.

Une classe qui manipule les autres pour parvenir à ses fins, sans s'exposer elle-même directement. Avec La Superclasse mondiale contre les peuples, Michel Geoffroy dresse un portrait détaillé, argumenté et sans concession de la superclasse mondiale autour de cinq questions : que recouvre l'expression superclasse mondiale ? Que veut-elle ? Comment agit-elle ? Va-t-elle échouer dans son projet de domination ? Quelle alternative lui opposer ? Un ouvrage de référence pour comprendre les enjeux de notre temps.   < En lire plus

La mondialisation totalitaire

Mondialisation et totalitarisme : les deux termes semblent antinomiques, le totalitarisme étant resté dans nos mémoires comme une hypertrophie du nationalisme.
La mondialisation devrait donc apparaitre comme une libération, la garantie de ne plus retomber dans les travers du passé. Or, nous n'avons jamais autant subi un tel conditionnement de nos idées et de nos actes, un tel rejet de tout ce qui n'entre pas dans les vues du politiquement correct comme du réalisme économique. Sous nos yeux se met en place un système insidieux, souriant, en réalité phagocytaire.

Délocalisations, destruction des emplois, concurrence déloyale, concentration des entreprises, laxisme en matière d'immigration, complaisance avec le communautarisme, le but est clair : asservir Nations et Etats, araser les particularismes, saper la démocratie, abaisser le niveau culturel, uniformiser les modes et les goûts pour parvenir à une gouvernance mondiale sans précédent.

Parallèlement à la transformation des peuples occidentaux en consommateurs passifs et assistés, gavés de fêtes et de jeux, est mis en place une exploitation forcenée du tiers-monde, de ses richesses et de ses travailleurs. Cette main-d'œuvre servile est le ressort de l'enrichissement accru des puissants, ceux qui se nourrissent de la misère des pauvres, la privation du nécessaire des uns, ajoutant à l'abondance des autres.

Un totalitarisme d'un nouveau genre qui, depuis des décennies, tisse sa toile : au totalitarisme politique a succédé le totalitarisme économique et financier, à la violence d'Etat le conditionnement par le marketing, les images et les nouvelles technologies.

Dans cet essai argumenté, Olivier Piacentini décortique l'avènement des nouvelles puissances financières, qui, ayant supplanté le pouvoir des Etats, déroulent un programme de domination planétaire qui prétend changer le cours de la vie humaine, voire transformer l'humain. Une perspective glaçante que voilà cinquante ans avaient pressentie Aldous Huxley et Georges Orwell.   < En lire plus

lundi 23 décembre 2019

La stratégie de l'intimidation: Du terrorisme jihadiste à l'islamiquement correct

Plus l'on tue au nom d'Allah, plus l'Occident combat "l'islamophobie" et plus on parle en bien de l'islam pour ne "pas faire l'amalgame".
Tel est le paradoxe de "l'islamiquement correct" selon lequel, loin de déclencher dans nos sociétés culpabilisées une mise à l'index des préceptes sacrés qui justifient la violence jihadiste, la médiatisation des attentats terroristes renforce en fait l'attractivité de l'islam. Alexandre del Valle montre que la violence jihadiste n'est en aucun cas un simple problème sécuritaire "étranger à l'islam" mais bien le plus efficace outil du prosélytisme islamique.

Et ceci s'explique d'abord par la lutte obsessionnelle contre "l'islamophobie" exigée par les pôles de l'islamisme mondial, qui aboutit à faire de l'islam une religion intouchable, au-dessus de toutes les autres. L'auteur décrit la stratégie de conquête des piliers mondiaux de l'islamisme sunnite (Ligue islamique mondiale, Organisation de la Coopération islamique, ISESCO, Frères musulmans, Turquie néo-ottomane d'Erdogan) qui prônent la "désassimilation" et cherchent, sous couvert de criminalisation de la critique de l'islam, à soumettre les démocraties occidentales à l'exceptionnalisme musulman.
D'où l'évocation récurrente de la supposée "supériorité morale, philosophique et scientifique de l'islam" (dont témoignerait l'âge d'or d'Al-Andalus), envers lequel l'Occident serait redevable. En s'appuyant sur les meilleures recherches historiques, Del Valle dégonfle ce mythe fondateur du suprémacisme musulman. En mettant à jour la complicité entre "coupeurs de têtes" (islamo-terroristes) et "coupeurs de langues" (lobbies anti-islamophobes), Del Valle réalise une démonstration jamais produite à ce jour, et apporte la preuve que le djihadisme et l'islamiquement correct fonctionnent profondément de concert.   < En lire plus

Les vrais ennemis de l'Occident: Du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes

Alexandre del Valle fut précurseur en évoquant dès 1997 le totalitarisme islamiste et en annonçant la dérive de la Turquie néo-ottomane.
Trente ans après la dissolution de l’ex-URSS, il montre que les pays de l’OTAN n’ont pas toujours changé leurs « logiciels » hérités de la Guerre froide, désignant la Russie comme l’Ennemi suprême. A cette erreur sur l’Ennemi correspond une erreur sur l’Ami, l’Occident demeurant allié aux « pôles de l’islamisme sunnite » (Arabie saoudite, Qatar, Koweit, Pakistan, Turquie, OCI, Frères musulmans) qui œuvrent, dans le cadre d’un projet d’expansion planétaire, à saper de l’intérieur les valeurs des sociétés ouvertes sous couvert de défense de la religion.

Del Valle dresse un bilan des « révolutions de couleurs » appuyées par nombre d’ONG américaines en Europe de l’Est et les relie à l’interventionnisme occidental en Irak ou en Libye puis au printemps arabe, devenu « hiver islamiste ». Il dévoile de façon détaillée les stratégies et buts de guerre des islamistes, qu'il s'agisse des pôles «  institutionnels  » et étatiques, véritables ennemis, ou des djihadistes, simple face immergée de l'iceberg.

Après avoir exposé leur double matrice théocratique et totalitaire, l’auteur démontre que pour résister à cette offensive bien plus planifiée et massive qu’on l’imagine, l’Occident doit de toute urgence définir la Menace et l’Ennemi dans leur globalité puis revoir totalement ses alliances et visions stratégiques.

L’enjeu n’est autre que de préserver les valeurs des sociétés ouvertes sans renier leurs racines civilisationnelles. La priorité est de les défendre chez nous avant de donner des leçons de droits de l’homme ou de démocratie au reste du monde  < En lire plus

dimanche 22 décembre 2019

Europe : la grande liquidation démocratique

L' Union européenne, dans ce voyage au bout de la nuit démocratique, peut-elle survivre ?
La brutale répression du printemps grec en juillet 2015, l'enlisement en Espagne de Podemos après des débuts politiques prometteurs, le gouvernement du Bloc de gauche portugais sous surveillance étroite de la BCE, cinq mois de protestation contre la loi El Khomri, le Brexit…  Autant d'événements en apparence très divers et que rien ne semble lier.

Pourtant, ils renvoient tous à leur manière à la question lancinante et récurrente qui hante la construction européenne depuis ses débuts, celle de la démocratie, de son exercice et tout simplement de son avenir sur un continent qui l a vue naître. Cet ouvrage veut révéler comment les étapes de la construction ont parcouru un étrange chemin marqué par la mise à distance de plus en plus brutale des peuples, jusqu'à leur mise sous tutelle.

L'acmé de cette violente dépossession s'est traduite par une brutalité inédite en temps de paix à l'égard de la Grèce, devenue le laboratoire de la fabrique monstrueuse d un libéralisme désormais autoritaire. L'Union européenne, dans ce voyage au bout de la nuit démocratique, peut-elle survivre ? L'Angleterre, quittant le navire Européen, désignerait-elle alors l'avenir de l'Union européenne : une future désintégration ?  < En lire plus

La fin de l'Union européenne

L'Union européenne est morte, mais elle ne le sait pas encore !
Elle est morte du rejet de ses peuples qui manifestent en toute occasion, notamment lors de référendums, une répulsion sans réserve et une défiance sans retour. Certains ont même osé faire le grand saut et tenter la sortie, à l'instar des Britanniques au printemps 2016 !

Elle est morte de son inaptitude à régler ses problèmes internes autrement que par de brutaux outkases ou par des simulacres de négociations tenant lieu de sommets, où les pays les plus forts finissent par imposer leurs vues, et où l'unique option qui s'offre aux plus fragiles est celle d'une humiliante reddition, comme on l'a vu en Grèce à l'été 2015.

Elle est morte de l'échec spectaculaire de son modèle économique, échec conjoint du Marché unique et de l'euro. Chômage et précarité gangrènent les nations les plus faibles, pendant que la financiarisation de l'économie travaille à siphonner la richesse des pays demeurés prospères.
Elle est morte, enfin, de son illégitimité démocratique, de ses fondations juridiques baroques, de ses traités qui ont remplacé la souveraineté populaire par une technostructure sans vision.

Les élites du continent européen se sont perdues. Incapables de penser ni l'autrement ni l'après, elles sont aujourd'hui dans une impasse idéologique et politique dont il est temps de sortir. L'avènement de l'UE n'a pas amené la reposante " fin de l'Histoire " promise. Accepter de dresser enfin son acte de décès peut être l'occasion, en revanche, d'une heureuse renaissance des pays qui la composent.   < En lire plus

Les Illusions économiques de l'Union européenne

J'étais pro-européen comme tout le monde. Parce que c'est comme ça. Parce que l'on vous répète du berceau à la tombe que l'Union européenne est formidable.
Parce que, aimant les autres peuples européens, l'idée d'une union pouvait paraître a priori sympathique, vue rapidement de l'extérieur. Parce que l'on vous répète que la France serait trop petite seule dans la mondialisation. Parce que l'Europe, c'est la paix. Parce qu'en sortir serait la catastrophe. Avec du recul et en creusant le fonctionnement de cette organisation politique, tous les arguments en faveur de l'UE sont pavloviens, basés sur des slogans et sur la peur.

Vous allez le comprendre : lorsque l'on analyse l'UE en profondeur et que l'on décide rationnellement qu'il vaut mieux s'en libérer, c'est un combat des faits face à un dogme. C'est d'ailleurs tout l'objet de ce livre, répondre au dogme, à la religion de l'UE, par des faits." Ch.-H. G. Préface d'Idriss Aberkane   < En lire plus

L'Ennemi de l'Intérieur: Dérives et dysfonctionnements de la Police nationale

Qui peut nier qu’il y a des dérives et des dysfonctionnements au sein de la Police nationale ?
Qui peut nier qu’il y a des dérives et des dysfonctionnements au sein de la Police nationale ? Des exemples ? Un taux de suicide intolérable. Des violences policières contre les Gilets jaunes sans précédent. Le déni de ces exactions. Pourtant, l’ONU s’en est alarmé sur la scène internationale. Une police des polices organisée en contravention des engagements européens de la France.

Dans un dossier, elle a « sciemment truqué une procédure » où est cité un candidat aux élections présidentielles. Dernière péripétie en date ? Il y aurait « une potentielle destruction de preuves ». Nous pouvons ajouter l’affaire Benalla et tant d’autres révélant que la hiérarchie policière peut mentir et tricher, y compris en falsifiant les chiffres de la délinquance, et percevoir des primes stupéfiantes.

Le réquisitoire est accablant, le règne de l’impunité doit cesser. C’est l’un des enjeux de ce livre : dévoiler ce qui se passe à l’intérieur afin que la société engage une réflexion collective sur sa Police nationale pour la réformer en conséquence. C’est un devoir de démocratie.

En effet, elle ne peut être laissée entre les mains de gouvernants qui l’utiliseront pour traquer « les ennemis de l’intérieur » selon leurs besoins du moment, car les policiers sont dépositaires de la force légitime au nom du peuple. Il y a urgence.   < En lire plus

Soldier Spy: Le récit explosif d un espion du MI5

Ceci est mon histoire. Des gens comme moi existent pour combattre ceux que personne ne veut affronter.
Tom Marcus a été recruté par le MI5 à la suite des attentats de Londres, le 7 juillet 2005. Après 5 ans passés sous couverture dans les opérations spéciales en Irlande du Nord, il va apporter aux services secrets britanniques une réponse efficace aux besoins de sécurité. Après des mois d’entraînement – de la conduite à grande vitesse, à la préparation physique, en passant par les techniques de surveillance  – Tom Marcus nous confronte à ses missions.

Un monde sous haute tension pour prévenir à temps des attaques terroristes, protéger les infrastructures du pays et stopper les espions étrangers qui tentent de voler les secrets de la couronne britannique. Des décisions prises en une fraction de seconde avec des conséquences parfois mortelles. Dans ce livre haletant, suivez Tom dans ses plus périlleuses missions.

Ressentez la peur et l’importance du bagage émotionnel qu’il doit porter. Un récit intense et poignant.
« Mon monde est sombre, sans couleur, sans sécurité. Des gens comme moi existent pour combattre ceux que personne ne veut affronter. Je n’étais pas le dernier recours, mais la seule option. »  < En lire plus

Les tueurs de la République

Assassinats et opérations spéciales des services secrets
Vengeances d'Etat, assassinats en série, attentats commandités, guérillas sanglantes, éradication de chefs terroristes, emploi de mercenaires ou de services secrets alliés peu regardants : oui, la France est capable de tuer pour régler ses comptes et défendre ses intérêts, que ce soit en Afrique, au Moyen-Orient ou ailleurs.

Pour ce faire, la DGSE dispose d'une cellule clandestine dont les agents sont entraînés pour mener à bien des exécutions ciblées. De de Gaulle à Hollande, tous ont recouru à ces actions inavouables. Ceux qui ont accordé ou obtenu le "permis de tuer" éclairent ici cette face sombre du pouvoir. L'un des secrets les mieux gardés de notre République.  < En lire plus

Histoire secrète de la DGSE

La DGSE n'a qu'un but : défendre les intérêts de la France.
Voici, pour la première fois, une enquête complète sur la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), théâtre de la fameuse série Le Bureau des légendes. La DGSE n'a qu'un but : défendre les intérêts de la France. Pour cela, la loi l'autorise à " entraver " clandestinement, à l'étranger, les ennemis de notre pays.

Si la Boîte, comme la surnomment ses 7 000 agents, baigne dans le secret, l'ouverture est très nette, et, paradoxalement, plus personne ne parle aujourd'hui de la DGSE sans évoquer sa spectaculaire vitrine, Le Bureau des légendes, que notre enquête éclaire d'un jour nouveau.

Assassinats ciblés, infiltration croissante des services russes, chasse aux " taupes " chinoises, cyberguerre, opérations secrètes en Afrique..., autant d'histoires inédites, enfin révélées dans ce livre. C'est aussi le quotidien des agents secrets qui est dévoilé : de leur entrée dans le service, sur concours ou par contrat, à leur plongée dans l'espionnage sous une identité fictive – la fameuse " légende ".  < En lire plus

samedi 21 décembre 2019

La malédiction de la droite

Les 20 jours qui ont défait la droite.
Considéré comme l'un des meilleurs journalistes et analystes politiques français, Guillaume Tabard raconte avec maestria comment la droite, majoritaire et longtemps dominante, s'est échinée à perdre le pouvoir depuis la fondation de la Ve République.

Souvent raillée comme " la droite la plus bête du monde ", elle a fait preuve en la matière d'une grande créativité : les haines personnelles (De Gaulle/Giscard, Pompidou/Chaban, Giscard/Chirac, Balladur/Chirac, Juppé/Séguin, Sarkozy/Fillon...) s'ajoutant aux divergences idéologiques (UDF, RPR, FN), les attaques frontales aux rumeurs et aux coups bas de toutes sortes ponctuent son histoire depuis l'affaire Markovic jusqu'à Clearstream.

Dans des chapitres enlevés qui sont autant de romans vrais, l'auteur raconte un déclin devenu débâcle, des fractures fondatrices de la guerre d'Algérie au sabotage de la candidature Fillon en passant par les campagnes présidentielles et autres fiascos telles l'aventure oubliée des rénovateurs, la bataille de Maastricht, la perte ubuesque de la mairie de Paris ou la dissolution manquée de 1997.

In fine, il s'interroge sur l'ampleur du séisme macronien et les conditions d'un possible sursaut pour une famille politique qui a fait la France avant de se défaire.  < En lire plus

Bloc contre bloc - La dynamique du Macronisme

Quel " Nouveau Monde " a véritablement instauré l'élection d'Emmanuel Macron ?
A la manière de Marx dans Le 18 Brumaire, l'un de nos plus grands analystes politiques, spécialiste des mouvements d'opinion, décrypte les impasses des enjeux et des perspectives de la France d'aujourd'hui. Superbement lumineux. Quel " Nouveau Monde " a véritablement instauré l'élection d'Emmanuel Macron ? Pourquoi, en emportant le traditionnel clivage gauche-droite, a-t-elle ravivé des oppositions disparues ?

Comment la rupture des équilibres politiques anciens a-t-elle entraîné de nouvelles fractures sociales ? En quoi le triomphe du bloc élitaire, étendant son pouvoir sur l'entière société, a-t-il rouvert une grave période de tension et de violence ? Et le rejet de ce libéralisme autoritaire désormais dominant peut-il provoquer, en 2022, la victoire d'un bloc populiste unifié ? C'est à toutes ces questions cruciales que répond ici, Jérôme Sainte-Marie.

En expert reconnu des études d'opinion et du conseil politique, convoquant l'histoire et l'actualité, le décodage des idéologies et le décryptage des sondages, l'examen critique des appareils administratifs, financiers, médiatiques et des mouvements militants ou contestataires, il montre, recourant à Marx comme à Tocqueville, que loin de s'atomiser, la société française se polarise.

Jamais la montée aux extrêmes entre les élites et le peuple n'avait été explorée comme ici, dans toute sa profondeur. Un exercice pénétrant de lucidité sur aujourd'hui. Une indispensable leçon d'anticipation sur demain. Un essai sur la France contemporaine sans précédent, pour tous ceux qui veulent comprendre et prévoir. < En lire plus

Capital et idéologie


Toutes les sociétés humaines ont besoin de justifier leurs inégalités

Il faut leur trouver des raisons, faute de quoi c'est l'ensemble de l'édifice politique et social qui menace de s'effondrer. Les idéologies du passé, si on les étudie de près, ne sont à cet égard pas toujours plus folles que celles du présent. C'est en montrant la multiplicité des trajectoires et des bifurcations possibles que l'on peut interroger les fondements de nos propres institutions et envisager les conditions de leur transformation.

À partir de données comparatives d'une ampleur et d'une profondeur inédites, ce livre retrace dans une perspective tout à la fois économique, sociale, intellectuelle et politique l'histoire et le devenir des régimes inégalitaires, depuis les sociétés trifonctionnelles et esclavagistes anciennes jusqu'aux sociétés postcoloniales et hyper-capitalistes modernes, en passant par les sociétés propriétaristes, coloniales, communistes et sociales-démocrates.

À l'encontre du récit hyper-inégalitaire qui s'est imposé depuis les années 1980-1990, il montre que c'est le combat pour l'égalité et l'éducation, et non pas la sacralisation de la propriété, qui a permis le développement économique et le progrès humain.

En s'appuyant sur les leçons de l'histoire globale, il est possible de rompre avec le fatalisme qui nourrit les dérives identitaires actuelles et d'imaginer un socialisme participatif pour le XXIe siècle : un nouvel horizon égalitaire à visée universelle, une nouvelle idéologie de l'égalité, de la propriété sociale, de l'éducation et du partage des savoirs et des pouvoirs.  < En lire plus

Le naufrage des civilisations

Il faut prêter attention aux analyses d’Amin Maalouf
Ses intuitions se révèlent  des prédictions, tant il semble avoir la prescience des grands sujets avant qu’ils n’affleurent à la conscience universelle. Il s’inquiétait il y a vingt ans de la montée des Identités meurtrières  ; il y a dix ans du Dérèglement du monde. Il est aujourd’hui convaincu que nous arrivons au seuil d’un naufrage global, qui affecte toutes les aires de civilisation.

L’Amérique, bien qu’elle demeure l’unique superpuissance, est en train de perdre toute crédibilité morale. L’Europe, qui offrait à ses peuples comme au reste de l’humanité le projet le plus ambitieux et le plus réconfortant de notre époque, est en train de se disloquer. Le monde arabo-musulman est enfoncé dans une crise profonde qui plonge ses populations dans le désespoir, et qui a des répercussions calamiteuses sur l’ensemble de la planète.

De grandes nations «  émergentes  » ou «  renaissantes  », telles la Chine, l’Inde ou la Russie, font irruption sur la scène mondiale dans une atmosphère délétère où règne le chacun-pour-soi et la loi du plus fort. Une nouvelle course aux armements paraît inéluctable. Sans compter les graves menaces (climat, environnement, santé) qui pèsent sur la planète et auxquelles on ne pourrait faire face que par une solidarité globale qui nous fait précisément défaut.

Depuis plus d’un demi-siècle, l’auteur observe le monde, et le parcourt. Il était à Saigon à la fin de la guerre du Vietnam, à Téhéran lors de l’avènement de la République islamique. Dans ce livre puissant et ample, il fait œuvre à la fois de spectateur engagé et de penseur, mêlant récits et réflexions, racontant parfois des événements majeurs dont il s’est trouvé être l’un des rares témoins oculaires, puis s’élevant en historien au-dessus de sa propre expérience afin de nous expliquer par quelles dérives successives l’humanité est passée pour se retrouver ainsi au seuil du naufrage.   < En lire plus

Vivre sans ?: Autorité, institution, économie...

Peut-on se passer de gouvernement, de justice, de lois et de tout ce qui veille à les appliquer ?
Peut-on déserter l’économie, le travail, abolir la monnaie ? Peut-on se rendre, en somme, « ingouvernables », et vivre sans institutions qui ordonnent le collectif ? Alors que l’échec différé des expériences révolutionnaires et des tentatives réformistes laisse une grande partie de la gauche paralysée, que nos vies semblent plus que jamais saturées d’État et de capital, l’idée a le mérite de prendre la mesure de l’époque.

Et son succès grandissant dans les cortèges de la jeunesse indique assez sa puissance d’attraction. Reste à vérifier si elle peut désigner une politique. Tel est le lieu du débat pour Frédéric Lordon qui entreprend, dans cette discussion, de mettre à jour les soubassements philosophiques des discours et de l’imaginaire du « vivre sans ».

Il identifie ce faisant chez Deleuze, Rancière ou Badiou, les éléments d’une atmosphère intellectuelle propice à cet imaginaire, où la politique se fait rare, singulière, se cristallise dans le devenir ou dans l’Événement, devient affaire de « virtuoses » – empruntant des voies parallèles (éthique, esthétique) pour, finalement, échapper à la politique.

Une « anti-politique », donc, dont on trouve l’expression la plus achevée dans la philosophie de la destitution d’Agamben, objet d’un long développement qui est aussi pour Lordon l’occasion de redéployer sa lecture de Spinoza. Pour Agamben, destituer n’est pas seulement abattre un pouvoir, c’est faire en sorte que rien ne prenne sa place… et donc que la puissance de la multitude se retienne.

Impossible, répond Lordon : « la puissance de la multitude s’exerce nécessairement » et affecte les parties qui la composent. Parvenu à ce point de désaccord théorique, c’est tout l’horizon politique associé au « vivre sans », avec ses expérimentations concrètes, qui sont discutées. Un collectif peut-il se passer d’institutions ? Pas si on entend sous ce terme « toute manifestation de la puissance de la multitude ».

La ZAD n’est-elle pas, sous cet aspect, une institution, avec ses normes, ses manières, sa justice ? Dès lors son existence ne donne pas tant la formule d’une « vie sans » que celle d’un gouvernement commun des conduites dictées par des affects joyeux – une forme de vie, soit une certaine configuration des institutions. Pour Lordon, au risque de malmener quelques illusions, c’est encore là la meilleure alternative à l’État du capital et à sa police.   < En lire plus

L'Ethique Hacker et l'Esprit de l'ère de l'information

Il y avait la rock'n'roll attitude, il y a désormais la "hacker attitude
Un modèle social pour l'ère post-industrielle », expliquait Libération lors de la parution de ce livre au début de l'année 2001 aux États-Unis. On considérait jusqu'à présent le « hacker » comme un voyou d'Internet, responsable d'actes de piratage et de vols de numéros de cartes bancaires. L'essor du Net a contribué à cette mauvaise réputation, certes tronquée et trompeuse, des flibustiers de la grande toile.

Le philosophe Pekka Himanen voit au contraire les hackers comme des citoyens modèles de l'ère de l'information. Il les considère comme les véritables moteurs d'une profonde mutation sociale. Leur éthique, leur rapport au travail, au temps ou à l'argent, sont fondés sur la passion, le plaisir ou le partage.

Cette éthique est radicalement opposée à l'éthique protestante, telle qu'elle est définie par Max Weber, du travail comme devoir, comme valeur en soi, une morale qui domine encore le monde aujourd'hui.
Cet essai de Himanen - déjà salué par la critique aux États-Unis et au Japon - ouvre de nouvelles voies pour penser l'avenir des sociétés post-industrielles et la transformation en cours du capitalisme.   < En lire plus

Camp planétaire : un danger bien réel : Organisons la révolte !

Le monde devient un camp planétaire, dans lequel une proportion de plus en plus grande de la population est enfermée
En raison de la raréfaction et du mauvais partage des ressources La multiplication actuelle des camps de réfugiés est un des premiers signes de cette tendance. Que te monde tende à fonctionner selon la logique des camps est le dernier tabou. Un monde où les pratiques s'uniformisent. Un monde où les chefs de camp, pour assurer leur luxe, pillent et détruisent les ressources de la planète.

Un camp planétaire où les conditions de vie se dégradent chaque jour un peu plus et où la survie de tous n'est pas l'objectif. Un sursaut est nécessaire pour éviter la soumission et démanteler le camp. Comment résister ? Sur quoi ne devons-nous pas transiger ? Comment rebâtir une société humaine ? L'auteur propose ainsi de se révolter de manière efficace et rebâtir ensemble une société d'humains selon nos propres règles.

Pour cela, il invite à se construire de la manière suivante : vouloir être libre, refuser l'exclusion, raisonner notre consommation et notre production, éclairer nos peurs, mettre les experts au service des citoyens, participer aux lois et aux systèmes de régulation. Une invitation à reprendre le pouvoir.   < En lire plus

La finance de l'ombre a pris le contrôle

L'impasse est dramatique. Mais inévitable : depuis 7 ans, les banques centrales ont enivré les marchés aux taux 0%. C'était cela, le prix de la sortie de crise... Et c'est cela qui causera la suivante.
A quand une gouvernance opérante de la finance mondiale ?  Que s'est-il passé depuis la fin de la crise des subprime ? La finance s'est-elle réformée ? Bien au contraire: jamais le risque n'a été aussi élevé. Cette fois, tout s'est passé dans l'ombre. Les courtiers, gérants de fonds, traders et négociants de la finance sophistiquée s'emparent des activités bancaires, tout en opérant en dehors des règles bancaires.

Ces dernières se sont durcies, alors le monde de la spéculation s'est échappé dans un univers parallèle: la finance de l'ombre fait crédit aux entreprises et les "dark pools", ces bourses secrètes, redéfinissent les règles du jeu sans consulter les gouvernants. Le shadow banking, c'est 80'000 milliards d'actifs à haut risque qui ont pris les banques centrales en otage: la moindre hausse de taux d'intérêt, et c'est le krach.

Ce monstre qui prospère dans l'obscurité est pourtant bien la création des banques centrales. La finance de l'ombre reste solvable uniquement parce que les taux sont à zéro. Si la Fed veut enrayer le risque systémique, elle doit relever les taux, mais si elle le fait, la montagne spéculative explosera, emportant avec elle des pans de l'économie réelle.  < En lire plus

Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes

Et si notre civilisation s effondrait ? Non pas dans plusieurs siècles, mais de notre vivant.
Loin des prédictions Maya et autres eschatologies millénaristes, un nombre croissant d'auteurs, de scientifiques et d'institutions annoncent la fin de la civilisation industrielle telle qu' elle s est constituée depuis plus de deux siècles. Que faut-il penser de ces sombres prédictions ? Pourquoi est-il devenu si difficile d éviter un tel scénario ?

Dans ce livre, Pablo Servigne et Raphaël Stevens décortiquent les ressorts d un possible effondrement et proposent un tour d horizon interdisciplinaire de ce sujet fort inconfortable qu' ils nomment la « collapsologie ». En mettant des mots sur des intuitions partagées par beaucoup d'entre nous, ce livre redonne de l'intelligibilité aux phénomènes de « crises » que nous vivons, et surtout, redonne du sens à notre époque.

Car aujourd'hui, l'utopie a changé de camp : est utopiste celui qui croit que tout peut continuer comme avant. L'effondrement est l'horizon de notre génération, c est le début de son avenir. Qu' y aura-t-il après ? Tout cela reste à penser, à imaginer, et à vivre.  < En lire plus

Effondrement: Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie

Les sociétés contemporaines pourront-elles survivre demain ?
Au rythme actuel de la croissance démographique, et particulièrement de l'augmentation des besoins économiques, de santé et en énergie, les sociétés contemporaines pourront-elles survivre demain ? La réponse se construit à partir d'un tour du monde dans l'espace et dans le temps - depuis les sociétés disparues du passé (les îles de Pâques, de Pitcairn et d'Henderson ; les Indiens mimbres et anasazis du sud-ouest des États-Unis ; les sociétés moche et inca ; les colonies vikings du Groenland) jusqu'aux sociétés fragilisées d'aujourd'hui (Rwanda, Haïti, Saint-Domingue, la Chine, le Montana et l'Australie) en passant par les sociétés qui surent, à un moment donné, enrayer leur effondrement (la Nouvelle-Guinée, Tikopia et le Japon de l'ère Tokugawa).

De cette étude comparée, et sans pareille, Jared Diamond conclut qu'il n'existe aucun cas dans lequel l'effondrement d'une société ne serait attribuable qu'aux seuls dommages écologiques. Plusieurs facteurs, au nombre de cinq, entrent toujours potentiellement en jeu : des dommages environnementaux ; un changement climatique ; des voisins hostiles ; des rapports de dépendance avec des partenaires commerciaux ; les réponses apportées par une société, selon ses valeurs propres, à ces problèmes.

Cette complexité des facteurs permet de croire qu'il n'y a rien d'inéluctable aujourd'hui dans la course accélérée à la dégradation globalisée de l'environnement.  < En lire plus

Sapiens: Une brève histoire de l'humanité

L homo Sapiens sera la vedette de la rentrée littéraire puisqu il s est imposé par sa capacité à fictionner, donc à créer des récits mythologiques, des dieux, des lois, du réseau...
Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens. Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l homme ?
À dépendre de l argent, des livres et des lois ?

À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ? Véritable phénomène d édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d Histoire à l Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage  et notre futur.

« Sapiens s est rapidement imposé partout dans le monde, parce qu' il aborde les plus grandes questions de l histoire moderne dans une langue limpide et précise.»
Jared Diamond, prix Pulitzer, auteur d Effondrement   < En lire plus

Quand les anges méritent de mourir

Paris, février 2040. Dans le métro, Destiny s’inquiète d’entendre un étrange tictac
Arrivée à Châtelet, tout explose dans un méga attentat qui décimera Paris dans sa totalité.
L’œuvre de ceux qu’on appelle « les anges du chaos ». Depuis deux ans, ils éliminent les plus grandes villes du Monde entier, sans distinction de races ou de religions, sans la moindre revendication ni explication.

Par un miracle qu’elle ne s’explique pas, Destiny est retrouvée vivante, avec quatre jeunes gens. Quatre anges du chaos. Considérée comme une criminelle vouée à la peine de mort, Destiny n’aura pas d’autre choix que de suivre les anges dans leur fuite.

C’est une course contre la montre qui s’engage pour Liam Mayer, un inspecteur prêt à tout pour retrouver ces anges tombés du ciel, et dont la trop grande implication n’est pas sans raisons…
C’est une course à la survie qui débute pour Destiny. Et une plongée vers l’Enfer.  < En lire plus

Au top ! Tonic - Organic - Positive

Soyez au top grâce aux conseils de Laury Thilleman !
Journaliste, working girl, sportive accomplie, bien dans sa tête et dans ses baskets,
Laury Thilleman nous divulgue, dans cet ouvrage, de précieux conseils pratiques
inspirés de son quotidien healthy et sportif, pour nous accompagner dans notre
quête du mieux-être : trouver la pratique qui convient et s'y tenir tout en progressant,
adopter une alimentation plus respectueuse de son corps et de son rythme
de vie, travailler sur ses pensées positives, se soigner au naturel, développer sa
conscience écologique...

Au TOP (Tonic, Organic, Positive) est un ouvrage riche et inspirant qui s'appuie
également sur des paroles d'experts (coachs sportifs, athlète de haut niveau,
homéopathe, chef cuisinier...) pour vous aider à devenir la meilleure version de
vous-même tout en vous faisant plaisir au quotidien.

Dans ce livre, pas de grandes promesses mais, au contraire, tous les conseils qui
vous manquaient pour vous lancer et adopter l'attitude qui vous fera du bien.   < En lire plus

Je ne suis pas Parisienne

L ’ icône de la Frenchwoman, la femme française, plus particulièrement la Parisienne, est un objet de consommation mondialisé.
Cette figure majeure de la mythologie est applaudie et enviée dans le monde entier pour son allure, sa silhouette, son esprit, sa culture, sa séduction. Elle est aussi une mère parfaite, toujours patiente, flanquée d’enfants bien élevés.

On peut se demander où sont toutes les autres femmes françaises qui ne correspondent pas à ces canons, celles qui ne font pas semblant de lire Deleuze, n’agitent pas de longues crinières, la bouche écarlate faisant ressortir un teint forcément diaphane.

Cet ouvrage propose une série de saynètes qui se penchent sur ces figures qu’on ne connaît que par la moquerie ou le mépris, et qui sont essentielles au maintien du mythe. Sans la « cagole », la « cougar » ou la « beurette », la Parisienne n’existerait pas.   < En lire plus

Pour Devenir qui je suis: Les révélations du YouTubeur au million d'abonnés

Sur Youtube, vous me connaissez souriant, détendu et de bonne humeur.
Dans la vraie vie, je suis angoissé, boulimique du travail et en proie à des démons intérieurs.
Depuis le lancement de ma chaîne, j’ai  toujours veillé à montrer  de moi une image  lissée. Contrôlée. Maîtrisée.   De la même façon, je  ne vous ai dévoilé  qu’une facette du monde de  la  téléréalité  : celle qui fait rêver, qui ne dérange personne… mais qui  entretient des illusions.

Parce que je croyais que c’était mon rôle, je vous ai caché  l’essentiel.  Plus grave encore, je me  suis  menti à moi-même.
Aujourd’hui,  j’ai le courage de briser le silence. De tout vous révéler  : sur moi, sur l’industrie de la télé-réalité, sur le business des influenceurs.

Pour Devenir enfin qui je suis.
En posant un regard sans concession sur son parcours, Sam Zirah, l’un des influenceurs les plus populaires de sa génération, nous livre un témoignage poignant et riche en révélations sur les coulisses de la téléréalité et de sa chaîne Youtube.  < En lire plus

Les recettes cultes de Big Will

Envie d'atteindre vos objectifs sportifs en vous faisant plaisir et en prenant soin de votre santé ? Big Will est là !
Grâce à ses 150 recettes diet mais ultragourmandes, accompagnées d'astuces et de conseils, la nutrition n'aura plus de secret pour vous...
Big Will vous propose 150 recettes gourmandes allégées en gras et en calories. Parfaites pour les sportifs, ces recettes sont en version " masse " pour prendre du muscle ou en version
" sèche " pour perdre du gras.

Au menu des en-cas salés tels le "breakfast wrap" ou les frites au cheddar, des plaisirs sucrés comme le pain perdu ou le carrot cake... avec des grands classiques inspirés de la cuisine industrielle en version maison, plus saine, mais aussi des préparations super complètes, super gourmandes mais super diet.

Toutes les recettes sont accompagnées de conseils et d'infos nutrition pour comprendre qu'il n'est pas nécessaire de manger des choses fades pour atteindre ses objectifs.  < En lire plus

Comment j'ai arrêté de manger les animaux

Un manifeste et un guide pratique destiné à tous, aux végétariens qui veulent convaincre, mais aussi aux carnivores qui se posent des questions.
J'adore la viande. Encore plus le poisson. J'aime l'odeur des saucisses grillées au barbecue, un soir d'été, dans le jardin. Je raffole du poisson que mon père chasse au fusil harpon, du poisson cru sous toutes ses formes, en sushi, en tartare, en ceviche. J'en mangeais tous les jours. Mais, depuis deux ans, je ne mange plus un seul morceau de viande. Depuis un an, plus un seul de poisson.

Cette décision vient d'une prise de conscience progressive, motivée par trois évidences : 1- Je n'ai pas besoin de manger de viande ni de poisson pour être en bonne santé, au contraire. 2- L'élevage et la pêche industriels sont un fléau pour l'environnement. 3- La manière dont l'humanité traite les animaux, particulièrement ceux d'élevage, est ignoble et immorale.

Depuis que je suis végétarien (je consomme encore des produits d'origines animales comme des œufs ou du fromage), cette décision est devenue un inépuisable sujet de discussion, en famille, entre amis, avec des inconnus. Tout le monde veut participer au débat. Et tant mieux, car il nous faut, collectivement, nous poser cette question : "faut-il manger les animaux ?"

La viande et le poisson que nous dévorons sont le fruit d'un système profondément immoral et dévastateur. Mais la plupart d'entre nous ne veut pas en apprendre plus. Ne veut pas entendre. Ne veut pas ouvrir les yeux.
Cet ouvrage court, facile d'accès et rapide à lire, donne des faits, des arguments clairs et incontestables.

Une sorte de guide pratique destiné à celles et ceux qui veulent convaincre, mais aussi et surtout aux millions de carnivores qui se posent des questions. Je veux ici casser les idées reçues, en m'appuyant sur les consensus scientifiques. Certains points font débat, d'autres non. C'est sur ces arguments incontestables qu'il faut s'appuyer.  < En lire plus

Tu finiras dans une vitrine


J’ai neuf ans et j’apprends qu’un drame flotte au-dessus de ma famille.

Je dois me construire dans cette lourde atmosphère. Entre deux foyers bancals, un lit dans un placard et un infanticide. Je crois avoir vécu le pire mais, en réalité, ce n’est qu’un apéritif ! »Aurélie Dotremont est une pin-up au caractère affirmé, qui a contribué au succès d’une dizaine de télé-réalité. Sous son visage d’ange se cachent de terribles secrets : infanticide, drogue, alcool, boulimie, tentative de suicide…

Dans ce récit, elle nous raconte avec franchise son mal être, ainsi que les effets destructeurs de ses addictions. Ce témoignage a une vocation pédagogique, à l’heure ou la plupart des jeunes sont sous l’influence de stars de la télé-réalité. Un bouleversant appel à l’aide.   < En lire plus

vendredi 20 décembre 2019

La reine des détestés: Enfer ou Paradis

** Romance sur fond de dystopie **An 3548.
Le dérèglement climatique et les guerres atomiques ont réduit le Monde à un territoire, celui de l’ancienne Europe, désormais partagé en douze royaumes prospères. Afin d’échapper à une vie de solitude et de drames, Hannah prend la décision difficile de quitter la zone libre et sauvage où elle a toujours vécu, pour la sécurité des murs du royaume d’Olayan.  Elle sait qu’en entrant, elle deviendra esclave, comme tous les Blancs.

En revanche, elle n’imagine pas que la rareté de son apparence, trop pure, fera d’elle l’esclave la plus détestée du royaume, ni qu’elle la conduira au palais, au service de la famille royale. Rien ne prédestinait Hannah, alias numéro 83-737, esclave illettrée, sauvage, considérée comme la laideur à l’état brut, et le prince Yash bin Saleh al Talal, chef de guerre sanguinaire, héros des douze royaumes, fantasme de toutes les femmes, à se rencontrer.

Mais parfois, le destin est joueur… et cruel. Car Yash n’est pas un prince de conte de fées, et Hannah ne sera jamais l’héroïne idéale  < En lire plus

Damnés, Tome 01


L'amour impossible entre une simple mortelle et un ange déchu.

Luce, 17 ans, entre à Sword & Cross, un lycée d'éducation surveillée où ses parents l'ont envoyée à la suite d'événements survenus l'été précédent : un garçon avec qui elle est sortie un soir est mort mystérieusement dans un incendie, dont elle est sortie indemne. Elle n'a aucun souvenir de cette soirée. De plus, Luce voit des ombres, des formes obscures et changeantes qui, depuis l'enfance, n'ont jamais cessé de la suivre malgré ses nombreux séjours en hôpital psychiatrique.

Sword & Cross est un lieu austère et insolite où les téléphones portables sont interdits, et les moindres mouvements des élèves sous surveillance de caméras infrarouge. Cependant, Luce y fait très vite connaissance d'Arianne, étrange et fantasque, Penn, la fille du concierge décédé qui la prend sous son aile et devient une véritable amie, et Cam, charmeur et rassurant.

Mais quand la jeune fille rencontre Daniel, un véritable choc se produit : elle est subjuguée. Celui-ci, bien qu'il soit aussi fasciné par elle, se montre hostile et cherche à l'éviter. Afin de l'oublier, Luce accepte une invitation de Cam. Et le mystère éclate !   < En lire plus

La Gardienne des mensonges (02)

Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde...
Quand le Conseil des mages envoie Gia dans une petite ville du Connecticut, elle croit d'abord que vivre sous protection avec sa famille, ses amis – et, en bonus, Arik en personne – ne devrait pas s'avérer trop désagréable. Mais la déception ne tarde pas : non seulement son meilleur ami, Nick, a du mal à contrôler de tout nouveaux pouvoirs plus qu'inquiétants mais, en plus, Gia est contrainte de vivre sous le même toît que Deirdre, sa jumelle seulement en apparence, avec qui elle ne s'entend pas du tout...

Sans compter qu'Arik semble s'intéresser d'un peu trop près à l'une de leurs jeunes voisines !
Bien décidée à retrouver les Chiavi manquantes – ces clés magiques qui sont leur seul espoir –, la jeune Sentinelle, accompagnée de Nick, visite en secret certaines des plus belles bibliothèques de la planète. Mais le sort s'acharne : elle déclenche au détour d'un couloir sombre un piège qui l'expédie vers une bien mystérieuse destination.

Pour retrouver les siens et affronter Conemar, Gia va être contrainte de faire un sacrifice, un choix terrible qui lui coûtera un être cher.
Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde ! Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers... Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même oeil ! Avec La Gardienne des mensonges, Brenda Drake nous entraîne à la suite de Gia dans une quête initiatique périlleuse et riche en révélations.  < En lire plus

Immortels: Tome 2

Quand Raine Cooper veut quelque chose, rien ne peut l’arrêter…
Raine a enfin découvert que son magnifique voisin, Torin St James, est une légende directement issue de la mythologie nordique. Elle éprouve pour lui des sentiments profonds. Quant à Torin, il est fou de Raine au point d’enfreindre la seule règle qui régit sa vie : ne jamais tomber amoureux d’une mortelle. Le problème, c’est qu’il ne se souvient plus d’elle, depuis que des Nornes – des divinités nordiques – ont effacé sa mémoire afin de le punir d’avoir osé les défier.

Mais Raine va élaborer un plan… Elle va pousser Torin à oublier une fois de plus son unique règle en tombant à nouveau amoureux d’elle. Pourtant, elle ne va pas tarder à apprendre que même les plans les mieux ficelés ne fonctionnent pas quand on a affaire à des divinités et des êtres surnaturels. Au désespoir, Raine va alors faire des choix qui risqueront non seulement de la séparer de Torin, mais aussi d’entraîner la destruction de tous ceux qu’elle aime.  < En lire plus

La Voleuse de secrets

Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde...
Fervente lectrice, passionnée d'escrime, Gianna a perdu sa mère à l'âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l'Athenæum, l'une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d'un mystérieux jeune homme. L'inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des Plus Belles Bibliothèques du monde.

Lorsque Gia s'approche à son tour de l'ouvrage, elle se retrouve transportée de l'autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson...
La jeune fille vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage : une poignée de bibliothèques anciennes mène en effet vers un monde où magiciens, sorcières et créatures surnaturelles s'affrontent depuis des siècles pour éviter que le peuple des hommes ne découvre leur existence.

Gia apprend qu'elle est l'une des Sentinelles chargées de protéger cette société secrète. Pire encore, qu'elle est la fille de deux de ces guerriers d'exception – une union interdite – et que sa naissance n'est autre que le présage de la fin du monde. Une malédiction qui lui interdit absolument de se rapprocher d'Arik, l'inconnu aux yeux noirs de l'Athenæum...

Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers... Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même œil ! Avec La Voleuse de secrets, Brenda Drake vous entraîne à la suite de Gia dans une quête initiatique périlleuse et riche en révélations. < En lire plus

L'Héritière des Raeven, T1 : Sorcière malgré elle


Pour Assia, une nouvelle vie commence !

Assia, dix-neuf ans et bac en poche, rentre chez elle après des années en pension. Mais il n’y a personne pour l’attendre et elle apprend que toute sa famille est morte. La voilà seule au monde…
La jeune fille découvre alors qu’elle est l’héritière d’une lignée de sorcières. Elle va devoir apprendre à manier ses nouveaux pouvoirs avec pour unique professeur un vieux grimoire, puisque sa mère n’est plus là.

Assia n’est pas du genre à se laisser abattre : elle surmontera toutes les épreuves et éclaircira les circonstances qui ont mené à la mort des siens, parole de sorcière ! < En lire plus